Les politiques ? Oui, mais…

Parce que je les côtoie à longueur d’année, petit retour sur mes relations avec les hommes et femmes politiques locaux.

On lit souvent que les politiques et les journalistes sont supers copains, que les questions sont souvent préparées à l’avance. On entend régulièrement parler de « connivence » entre eux.

Je travaille en presse locale depuis maintenant 10 mois (à une vache près). J’ai couvert des mini-événements, les élections aussi (et tout ce qui allait avant). Bref, les politiques locaux, je commence à les connaitre.  Et oui, on est obligé d’être « bien » avec eux.

C’est le jeu, c’est comme ça que ça fonctionne.

Bien sur que je vais sourire à monsieur le député quand je vais le voir, même si je ne suis pas forcément d’accord avec ce qu’il dit, ça fait partie de mon boulot. Bien sur que j’ai besoin d’eux pour pouvoir remplir mon journal, tout comme ils ont besoin de moi pour être dans le journal…

oh regarde, une brochette de politiques avec des majorettes
oh regarde, une brochette de politiques avec des majorettes

Je m’égare, je m’égare… Tu parles d’un article pour mon grand retour bloguesque…

Ce que je veux dire, c’est qu’il n’existe pas un journalisme, il en existe des tas. Et comparer mon travail, dans un journal local, à celui de BFM, c’est non seulement idiot mais blessant (oui, on m’a déjà prise à parti sur la façon de bosser des journalistes tv, c’est profondément agaçant).

Parce que j’en ai marre d’entendre « oui mais vous les journalistes… »

Toi lecteur, tu fais quoi comme travail ? Tu es peut être étudiant, ou prof, ou coiffeuse, ou autre chose, tu aimes quand on te dis : « non mais les étudiants c’est tous des fainéants » « les profs font tout le temps gréve » ou encore « les coiffeuses sont idiotes ».

Et bien non, parce que c’est un stéréotype, et les stéréotypes c’est mal, très mal !

Pour en revenir aux politiques… Bon, clairement, je ne fais pas de grande interview politique (et c’est tant mieux) et mes politiques locaux sont pour la plupart de charmant quinquagénaires (ou plus) qui ne demandent pas mieux que de m’expliquer pourquoi ils font telle ou telle chose pour leur ville. Je ne tiendrais probablement pas le même discours si je bossais dans un média national.

Mais moi j’aime le local, parce que l’essence de mon travail c’est d’aller à la rencontre des gens et de leur montrer ce qu’ils font de bien, ou ce qu’il y a de chouette sur leur territoire. Donc si j’ai besoin des politiques locaux pour le faire, pas de problème, moi je veux bien qu’on soit potes. Ca n’entache ni mon éthique, ni ma façon de travailler.

et de nouveau les majorettes :)
et de nouveau les majorettes 🙂

Ah et une dernière chose, si je suis en vacances ou en week-end à 500 bornes de chez moi, ne me demandez pas « mais pourquoi t’écris pas un article sur tel truc ? » en fait, ça me fatigue…

Publié par

lnleforestier

J'ai attrapé le virus de l'écriture il y a bien longtemps, depuis je n'ai jamais réussi à m'arrêter... et je suis même devenue journaliste !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *