My Mad fat Diary, la série anglaise qui dépote

J’avais prévu de poster cet article mercredi mais la vraie vie étant ce qu’elle est, je le poste aujourd’hui (puis demain je n’aurai pas le temps d’écrire, par contre mercredi je vais peut être vous raconter ma journée électorale côté journaliste). Bref, c’est parti pour My Mad Fat Diary.

my-mad-fat-diary

My Mad Fat Diary, qu’est ce que c’est ? Une série britannique, diffusée sur E4 (et oui, pas la BBC pour une fois) qui évoque la vie de Rae Earl, adolescente obèse qui « réintègre » le vrai monde après avoir passé plusieurs mois en hôpital psychiatrique.

Rae retrouve Chloe, son amie d’enfance, rencontre Izzie, Chop, Archie et Finn, se reconnecte peu à peu avec la réalité. Je ne veux pas vous gâcher l’histoire, donc je me contenterai de ces éléments. Je me suis vite laissée entraînée dans la série et je guette maintenant chaque épisode avec impatience.

La série est inspirée d’un livre, écrit par la « vraie » Rae Earl, que je n’ai pas encore lu mais qui me fait très très envie. J’aime assez l’esthétique de la série, un peu cracra façon Trainspotting, les accents à couper au couteau des personnages (mais genre vraiment, et moi, j’adore entendre des accents comme ça).

Les dialogues sont affutés, les personnages attachants, tout est réunis pour me plaire. On aurait pu craindre que ça tourne en « qui veut sortir avec qui » mais je ne trouve pas (tout le monde n’est pas de mon avis, coucou Kane).

Je vous ai dit que j'aimais l'esthétique de la série ?
Je vous ai dit que j’aimais l’esthétique de la série ?

Je crois que ce qui me parle autant dans My Mad Fat Diary c’est que c’est réaliste : au-delà de son poids et ses problèmes, Rae est une ado avec des points de vue d’ados et les choses ne sont pas forcément simples dans sa vie. Et il n’y a pas de solution magique pour que tout s’arrange à la fin. C’est pas Glee par exemple où la pire chose qui leur arrive c’est de finir 2e à un concours national…

Je veux dire, quand on regarde Glee, on a l’impression que tout est possible, on peut passer du vilain petit canard à une star de Broadway, de caïd du lycée à mec respectable, on croit que les gens qu’on rencontre au lycée seront toujours là. Ce sont des « outcast » mais pas tant que ça au final, le mec en chaise roulante sort avec une cheerleader, quoi.

Puis Glee c'est trop flashy (même si je continue à regarder, en souffrant pour eux à chaque épisode)
Puis Glee c’est trop flashy (même si je continue à regarder, en souffrant pour eux à chaque épisode)

 

Alors que Rae, c’est nous, quand nous n’étions pas surs de vraiment faire partie d’une « bande » quand on avait l’impression qu’il y avait eux et nous, quand on sur-analysait le moindre des paroles de tout le monde (ouais bon ok, ça s’applique peut être pas qu’à nous ados en fait). Rae ne se sort pas de ses démons par un simple coup de baguette magique, elle doit se battre, mais parfois, c’est juste trop dur.

Rae est humaine, on peut vraiment s’identifier à elle, même quand (ou peut être surtout quand) elle fait de mauvais choix, alors qu’on voudrait l’en empêcher parce qu’on regarde ça du haut de nos 10 ans de plus que le personnage et qu’on sait que ça ne va pas le faire. Enfin bref, tout ça pour dire que ça fait du bien du vrai réalisme un peu !

Puis les relations entre les personnages quoi <3
Puis les relations entre les personnages quoi <3

Vous l’aurez compris, pour le moment, je suis assez fan de la série, même si parfois les événements des épisodes me retourne mon petit coeur ou me serre l’estomac parce que je vois que ce sont des mauvais choix, j’ai parfois envie de secouer Rae… Le dernier épisode m’a particulièrement retournée, nous avons changé de point de vue pour une fois, et nous avons compris tout un tas de chose (d’ailleurs j’ai très très envie de le revoir) et la conclusion de cet épisode ?

Certainement pas celle qu’on aurait voulu. Mais c’est ça aussi la vraie vie, tout un tas de mauvais choix. Est-ce qu’ils font de nous de moins bonnes personnes ? je ne crois pas (mais là j’extrapole).

Edit du 10 août 2015 : Une troisième saison, de seulement trois épisodes, est sortie pour conclure la série. Et France 4 diffuse en ce moment les épisodes le dimanche soir, avec une version française pas trop dégueulasse pour une fois. Et j’ai commencé à lire le livre, qui est plutôt très cool.

Une réflexion sur “ My Mad fat Diary, la série anglaise qui dépote ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *