La mort s’invite à Pemberley – PD James

J’avais entendu parler de ce sequel à Orgueil & Préjugés depuis un petit moment. Confronter Lizzie et Darcy à un crime ? Après tout pourquoi pas…

Voyons ce qu’en dit le résumé : « Rien ne semble devoir troubler l’existence ordonnée et protégée de Pemberley, le domaine ancestral de la famille Darcy, dans le Derbyshire, ni perturber le bonheur conjugal de la maîtresse des lieux, Elizabeth Darcy. Elle est la mère de deux charmants bambins ; sa sœur préférée, Jane, et son mari, Bingley, habitent à moins de trente kilomètres de là ; et son père adulé, Mr Bennet, vient régulièrement en visite, attiré par l’imposante bibliothèque du château. Mais cette félicité se trouve soudain menacée lorsque, à la veille du bal d’automne, un drame contraint les Darcy à recevoir sous leur toit la jeune sœur d’Elizabeth et son mari, que leurs frasques passées ont rendu indésirables à Pemberley. Avec eux s’invitent la mort, la suspicion et la résurgence de rancunes anciennes. »

9782213668833

Je dois dire que j’ai lu ce roman très vite. Déjà, on m’avait dit beaucoup de bien de l’écriture de PD James. Je confirme, ça se lit tout seul, les pages s’enchaînent avec aisance et on se laisse emporter par l’histoire. Je suis très fan de Orgueil et préjugés et de tout ce qui tourne autour, alors forcément, quand j’ai su que ce roman allait être adapté par la BBC (avec Jenna Coleman dans le rôle de Lydia en plus, raison d’intérêt supplémentaire), je me suis dit qu’il fallait vraiment que je me penche sur la question.

On retrouve dans le roman l’atmosphère victorienne de Jane Austen, sans pour autant avoir l’impression d’être engoncé dans cette époque pourtant lourde de conventions sociales et de relations codifiées. PD James donne un cadre temporel plus précis à l’histoire et place ici ou là des allusions à d’authentiques événements historiques. On se plait à imaginer que la famille Darcy a véritablement existé et que ses descendants peuple encore aujourd’hui la perfide Albion… L’un des arcs principaux du roman, au-delà du crime, est surtout la confrontation de Darcy, gentilhomme à l’ancienne, avec un monde en pleine transition liée au passage à l’ère industrielle.

Je recommande donc, et je me plonge dans une autre oeuvre qui s’inspire du travail de Jane Austen, le tome 3 du Journal de Bridget Jones qui vient tout juste de sortir (je vous en parle très vite). Il va aussi falloir que je me penche sur le reste de l’oeuvre de PD James qui est, parait-il, très garnie.

Publié par

lnleforestier

J'ai attrapé le virus de l'écriture il y a bien longtemps, depuis je n'ai jamais réussi à m'arrêter... et je suis même devenue journaliste !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *