Me, myself and I sur le web (© Rita Skeeter)

L’Internet mondial, le Web, ce bac à sable géant dans lequel j’aime expérimenter… Je blogue depuis que j’ai une connexion Internet régulière (2006 donc).

De nombreuses publications sont parties dans les méandres de l’oubli (et heureusement, j’actualisais mon premier blog environ trois fois par jour). A mes débuts sur la toile, je n’étais pas forcément très prudente et même si je n’ai pas été une utilisatrice maniaque du ASV de Caramail (je n’avais pas Internet à l’âge où j’aurais pu me lâcher sur les chats) j’ai été l’heureuse propriétaire d’un skyblog (oui, oui, je sais, mais d’abord le mien il n’était pas pareil, il n’avait pas de fautes d’orthographes qui piquent les yeux).

Et puis bon, Internet c’est un peu devenu mon métier, l’image que l’on donne m’est apparue comme quelque chose d’assez primordial et j’ai refréné (un peu) mes penchants exhibitionnistes pour essayer de ne parler que de choses à peu près intelligentes (ok, ça ne marche pas toujours et j’ai un peu tendance à vous bassiner avec ma life).

Cependant, parfois je me demande si un peu d’anonymat ne serait pas le bienvenu. Parce que je sais que ma mère lit le blog par exemple (elle laisse même des commentaires sur Facebook des fois) et voir mes errances du web transposées dans la vraie vie ça me fait tout bizarre (je l’ai même dit à Twitter, et Chloé est d’accord avec moi, c’est dire…).

Capture d’écran 2013-10-24 à 20.38.48
Mais je ne suis pas la seule, c’est rassurant

J’attache beaucoup d’importance à maitriser mon image sur le web. J’essaie de faire attention à ce que je poste sur Twitter (même si parfois j’oublie un peu que je ne suis pas en soirée avec mes copines), sur Facebook aussi, je soigne mon profil sur LinkedIn et Viadeo, bref, je contrôle tout.

Et parfois je me demande si créer ce blog sous mon identité (même si ça fait longtemps que je n’en ai pas vérifié le référencement, il ne dois pas apparaitre très loin dans les recherches sur mon nom) n’est pas un frein ? En même temps, je ne sais pas si je serais capable de maintenir le secret sur mon identité comme Nina des Vingtenaires qui a su créer tout un personnage autour de son site… Mais parfois je me dit qu’un peu d’anonymat ce ne serait peut être pas plus mal.

Seulement voilà le hic !
Seulement voilà le hic !

Comme le dit Léa, difficile de garder l’anonymat quand le blog tient une place certaine dans notre vie ! Au final je ne regrette pas de le tenir en tant que moi, ce blog est aussi un bon exercice d’écriture, qui me permet de ne pas me rouiller !

Publié par

lnleforestier

J'ai attrapé le virus de l'écriture il y a bien longtemps, depuis je n'ai jamais réussi à m'arrêter... et je suis même devenue journaliste !

2 réflexions au sujet de « Me, myself and I sur le web (© Rita Skeeter) »

  1. Je suis entièrement d’accord avec tout ce que tu dis. Je me suis posée cette question à plusieurs reprises surtout que pour ma famille se montrer sur un blog c’est n’importe quoi. J’ai eu des dizaines de questions et j’en aurai toujours…
    Bref, j’ai réfléchis et puis je me suis dit qu’après tout si j’avais fait un blog c’était pour me montrer un peu alors famille, amis ou inconnu qu’importe je fais ce qu’il me plait. Toutefois je reste un peu intimidé quand les gens m’en parlent.

    1. On a parfois du mal à réaliser que ce qu’on fait sur le web à un impact dans la vie vraie en fait. Moi c’est vraiment quand ma mère est devenue fan sur Facebook que ça m’a fait drôle ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *