En finir avec Eddy Bellegueule – plongée en milieu populaire

J’avais acheté ce livre depuis un moment. « En finir avec Eddy Bellegueule », un titre intrigant. Et il attendait, dans son étagère, que je prenne le temps de le lire.

Continuer la lecture de En finir avec Eddy Bellegueule – plongée en milieu populaire

De l’écriture comme base professionnelle

Je ne sais pas trop à quel moment, à quel instant précis, je me suis dit que ce que je pouvais écrire avec mes dix doigts sur un clavier pouvait valoir quoi que ce soit ? Continuer la lecture de De l’écriture comme base professionnelle

Huuum, vraiment ?

Bon, j’ai tendance à beaucoup parler de ce qui ne va pas dans ma vie. De pourquoi, parfois, je me sens si mal. Mais il faut aussi que j’apprenne à parler de ce qui va bien. Parce que c’est important. Parce que je ne suis pas une boule de douleur, d’incompréhension et d’angoisse. Je suis aussi une personne. Une adulte même. Par quoi commencer ? Déjà, j’ai un CDI, ce qui aujourd’hui, est un sacré graal pour entrer dans la vie d’adulte. Ensuite, j’ai acheté (oui, acheté, moi-même j’ai du mal à réaliser) une maison. Définitivement, je suis passée du côté obscure de la force… Bref, côté « matériel », j’ai atteint une certaine stabilité. Je vais même avoir des vrais congés payés en septembre, truc de fou.

Ca ne se voit pas mais cette robe est bleue

Mais ce n’est pas de ça que je voulais vraiment parler dans cet article. Non, j’ai envie de parler de mon corps. Il semblerait que mon inconscient ait décidé d’arrêter de le martyriser. Par curiosité, un peu par inadvertance, je suis montée sur la balance ce matin. J’ai perdu du poids. Pas beaucoup, deux kilos, je ne sais pas trop en combien de temps. J’ai juste perdu du poids. Et je n’ai rien fait pour. Je ne me suis pas affamée, je n’ai pas fait des tonnes de sport. Je n’ai même pas mangé spécialement sainement. Du coup, j’ai réussi à entrer dans ma belle robe bleu où il ne manquait pas grand chose. J’ai observé mon corps aussi, je l’ai scruté. Rien ne me semble vraiment différent. Je crois que j’ai juste arrêté de manger mes ressentis. Ca sonne mieux en anglais, « est my feelings », vous ne trouvez pas ?

Bref, il semblerait que je sois sur un meilleur chemin. En tout cas, j’ai décidé d’y croire !